Panier

Chargement en cours ...

décembre 2019

Une incroyable tombe à char gauloise dans le Yorkshire

La tombe d’un guerrier gaulois contenant des armes et les squelettes de deux petits chevaux a été mise au jour en 2018 près de la ville de Pock­ling­ton, dans l’est du York­shire, mais les travaux de restauration des objets commencent seulement à donner leurs premiers résultats.  Cette tombe est la seule de Grande-Bretagne où les archéologues ont mis au jour des chevaux inhumés dans une tombe à char.

 

Bouclier en métal de 75 cm de Haut. © Crédits : MAP Archaeo­lo­gi­cal Prac­tice. DR.

Bouclier en métal de 75 cm de Haut. © Crédits : MAP Archaeo­lo­gi­cal Prac­tice. DR.

La tombe conte­nait des armes, un char avec ses montures et des provi­sions. Parmi les objets découverts, un bouclier vieux de plus de 2000 ans (75 cm de haut) est considéré comme le plus important objet d’art celtique mis au jour en Grande-Bretagne. Il faut dire qu’il a bous­culé quelques idées reçues qui faisaient croire que les boucliers en métal n’étaient utili­sés que pour les céré­mo­nies, et non au cours de batailles : « Notre enquête remet cela en cause avec la preuve d’une bles­sure par perfo­ra­tion dans le bouclier, typique d’une épée », explique  Paula Ware, directrice de la Map Archaeo­lo­gi­cal Prac­tice. « Des signes de répa­ra­tions peuvent égale­ment être obser­vés, suggé­rant que le bouclier était non seule­ment vieux mais qu’il a sûre­ment été bien utilisé. »

Les restes de près de 20 personnes ont été retrouvés dans des tombes à char au cours de ces 100 dernières années, essentiellement dans le Yorkshire, mais aucune de ces tombes n’avait des chevaux. Toujours selon Paula Ware : « l’ampleur et la préservation de la tombe à char de Pocklington n’ont aucun parallèle en Grande-Bretagne, et fournissent un bien meilleur aperçu de la période de l’âge du Fer ».

 

Les deux petits chevaux de la tombe. © Crédits : MAP Archaeo­lo­gi­cal Prac­tice. DR.

Les deux petits chevaux de la tombe. © Crédits : MAP Archaeo­lo­gi­cal Prac­tice. DR.

Le guerrier défunt est probablement décédé entre 320 et 174 av. J.-C. Son corps a été déposé dans un char, entre des chevaux qui ont été placés de manière à faire croire qu’ils sautaient hors de la tombe. Selon le Dr Melanie Giles, de l’université de Manchester, « cette découverte fournit des preuves supplémentaires qui démontrent combien les Bretons anciens aimaient leurs chars. On peut concevoir que la famille du défunt et sa communauté croyaient que le char l’aiderait à atteindre l’autre monde ou qu’il lui serait utile pour s’y rendre ».

 

Source  The Independent