Panier

Chargement en cours ...

novembre 2016

Rouen. L’Aître Saint-Maclou

Monument incontournable du patrimoine rouennais, classé Monuments Historiques en 1862, l’Aître Saint-Maclou tient son nom du vieux français aitre (du latin atrium) qui désignait, autrefois, le cimetière. Son origine remonte à la Grande Peste Noire de 1348 qui tua les trois-quarts des habitants du quartier. À la suite d’une nouvelle épidémie de peste au XVIe siècle, il devient nécessaire d’en augmenter la capacité : c’est ainsi que trois des galeries qui entourent le cimetière furent construites entre 1526 et 1533, pour servir d’ossuaire. Leur décor est macabre : crânes, ossements, outils de fossoyeur, objets de culte dans les rites mortuaires. Cet ancien ossuaire du XVIe siècle est un des très rares exemples de ce type de bâtiment subsistant en Europe. Son caractère architectural exceptionnel lui confère un rayonnement régional et national. C’est le deuxième monument le plus visité de la ville après la Cathédrale de Rouen.

 

L'aître Saint-Maclou à Rouen. © Bodoklecksel, 2009

L’aître Saint-Maclou à Rouen. © Bodoklecksel, 2009

Pratiquement désaffecté aujourd’hui, sa survie passe par d’importants travaux de restauration. Pour cela, des études scientifiques ont été réalisées pendant plusieurs mois afin de réaliser le diagnostic archéologique du bâti : 500 ans après, le monument révèle ses mystères.

Les résultats de ces études de haut intérêt historique seront rendus public lors d’une conférence ouverte à tous le samedi 26 novembre de 9h30 à 12h30, Salle des États à l’Historial Jeanne d’Arc.