Panier

Chargement en cours ...

novembre 2021

Prix de la fondation Christiane et Jean Guilaine

La fondation Christiane et Jean Guilaine a pour objectif la promotion d’une période capitale dans l’évolution des sociétés humaines : la Protohistoire. Ce terme est entendu dans son sens le plus large, depuis l’émergence des premières sociétés agraires jusqu’à l’apparition d’organisations sociales élaborées (écritures, villes, états) qui en marquent le terme supérieur. En Occident, cette période, débutée avec la colonisation agricole, prend fin avec l’intrusion des cultures méditerranéennes disposant de l’écrit, dans le premier millénaire avant notre ère. La Fondation entend porter plus particulièrement son attention sur le Néolithique et l’âge du Bronze de la sphère méditerranéenne et européenne mais n’exclue pas pour autant les expériences poursuivies en d’autres régions du monde.

 

Anne-Marie et Pierre Pétrequin. Népal, 2013. Photo M. L. Guillot. Photo service de presse. DR.

Anne-Marie et Pierre Pétrequin. Népal, 2013. Photo M. L. Guillot. Photo service de presse. DR.

 

Le prix Christiane et Jean Guilaine 2021 est décerné à Anne-Marie et Pierre Pétrequin pour couronner leurs recherches archéologiques consacrées aux sites lacustres du Jura français, leurs programmes novateurs sur la circulation à travers l’Europe néolithique des grandes haches polies en jade provenant des Alpes occidentales, ainsi que pour leurs travaux pionniers d’ethno-archéologie, conduits notamment en Nouvelle-Guinée.

Anne-Marie Pétrequin, née en 1951, et Pierre Pétrequin, né en 1943, sont tous deux préhistoriens. Depuis 1972, ils travaillent ensemble et sont aujourd’hui rattachés à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’environnement C.-N. Ledoux à Besançon, CNRS et Université de Bourgogne-Franche-Comté.

Depuis cinquante ans, ils dirigent des programmes de fouille et d’analyse sur les habitats néolithiques les mieux conservés de France : les villages littoraux des lacs du Jura français, où les vestiges organiques, en particulier bois, outils, vanneries, tissus et restes alimentaires ont été préservés sous le niveau de l’eau (4000-2600 av. J.-C.). Ce travail de longue haleine leur a valu le Prix national de l’Archéologie en 1992.

 

La fouille du village littoral de CL VII à Clairvaux-les-Lacs (Jura), 2007. Premier tiers du IVe millénaire av. J.-C. Photo P. Pétrequin. Photo service de presse. DR.

La fouille du village littoral de CL VII à Clairvaux-les-Lacs (Jura), 2007. Premier tiers du IVe millénaire av. J.-C. Photo P. Pétrequin. Photo service de presse. DR.

 

Pour proposer de nouveaux concepts de recherche, Anne-Marie et Pierre Pétrequin ont développé l’approche ethno-archéologique, c’est-à-dire l’utilisation d’exemples ethnologiques actuels pour construire des hypothèses interprétatives à croiser avec les données archéologiques. Dans ce domaine autrefois contesté, leurs premières missions ont débuté dès 1976 en Afrique occidentale, en République populaire du Bénin, dans les villages amphibies du lac Nokoué. Puis à partir de 1984, ces chercheurs ont effectué vingt-quatre missions en Nouvelle-Guinée, en particulier sur le thème de la fabrication, la diffusion et la signification sociale des haches de pierre parmi des communautés d’agriculteurs en ambiance forestière. Pour la construction de ces nouveaux modèles théoriques et leur application au Néolithique d’Europe occidentale, Pierre Pétrequin a reçu la Médaille d’argent du CNRS en 1993.

 

L’expérience de la vie sociale et technique en Nouvelle-Guinée. Anne-Marie dans l’abri-sous-roche de Wang-Kob-Me (West Papua, Indonésie), groupe Wano. 1985. Photo P. Pétrequin. Photo service de presse. DR.

L’expérience de la vie sociale et technique en Nouvelle-Guinée. Anne-Marie dans l’abri-sous-roche de Wang-Kob-Me (West Papua, Indonésie), groupe Wano. 1985. Photo P. Pétrequin. Photo service de presse. DR.

 

Plus récemment, après dix années de prospection en altitude dans les Alpes occidentales, Anne-Marie et Pierre Pétrequin ont identifié en 2003 les exploitations de jade qui ont alimenté, durant tout le Ve et le début du IVe millénaire av. J.-C., des réseaux d’échange sur près de 2 000 km à vol d’oiseau. Cette découverte fondamentale a modifié en profondeur l’image que l’on se faisait du Néolithique. Le programme JADE : « Inégalités sociales et espace européen au Néolithique : la circulation des grandes haches en jades alpins », soutenu par l’Agence nationale de la Recherche (ANR), a permis l’analyse de milliers de haches polies entre Atlantique et mer Noire pour en retracer les axes et les modalités de circulation. Pour leurs travaux sur les haches alpines à l’échelle de l’Europe, Pierre Pétrequin et ses collaborateurs ont reçu en 2010 l’Europa Prize de la Prehistoric Society.

Les deux chercheurs abordent à présent l’imaginaire social, tant en Nouvelle-Guinée aujourd’hui qu’au Néolithique autrefois, et la signification idéelle des outils, des techniques et des comportements, dans un ouvrage en trois tomes publié en juin 2021.