Panier

Chargement en cours ...

décembre 2014

ÉLOGE DU SOUVENIR : Léopold Argenton, un sculpteur châtillonnais durant la guerre de 1914

ÉLOGE DU SOUVENIR en Côte d’Or

Léopold Argenton, un sculpteur châtillonnais durant la guerre de 1914 – Photographies de Judith Baudinet

EXPOSITION TEMPORAIRE DU 12 DÉCEMBRE 2014 AU 17 MAI 2015

Musée du Pays châtillonnais à Châtillon-sur-Seine,  www.musee-vix.fr tél. 03 80 91 24 67

Près de l’église Saint-Nicolas, à Châtillon-sur-Seine, se trouvait l’atelier, encore intact, du sculpteur Léopold Argenton. Argenton prit part à la guerre de 1914. Il réalisa également de nombreuses tombes et monuments funéraires dans le Châtillonnais.

La restitution de son atelier par le travail photographique de l’artiste Judith Baudinet a permis cette remise en scène de la guerre de 1914 sous l’angle des histoires individuelles : expression d’art populaire des soldats attendant le combat au fond de leur tranchée, évocation des corps brisés et l’art funéraire d’un sculpteur autant artiste qu’artisan.

Chaque exposition raconte une histoire, certaines expositions ont une histoire. C’est le cas de celle-ci. Elle débute par un exercice de style, une thématique dans laquelle le Musée du Pays Châtillonnais – Trésor de Vix a tenu à s’inscrire : la commémoration du centenaire de la guerre de 1914. Elle se poursuit par la découverte d’un lieu, l’atelier d’un sculpteur marbrier ayant participé à ce tragique épisode historique. Elle se concrétise enfin grâce à la rencontre d’une photographe contemporaine, Judith Baudinet. À sa mort, l’atelier de Léopold Argenton s’endormit. La poussière recouvrit petit à petit les modèles en plâtre accrochés aux murs et les outils disséminés sur les établis. Ce lieu fut redécouvert lors de la donation de ce fonds, par M. Rilliot et son épouse, à la Société archéologique et historique du Châtillonnais. Avant de procéder au déménagement, Judith Baudinet, artiste et photographe, a immortalisé l’étrange magie de cet atelier. Elle l’a restitué en scénographiant cette exposition.

L’exposition temporaire retracera l’activité du sculpteur en soulignant dans la première partie, la brutalité de la transformation d’un jeune homme passionné de nature en soldat. Dans la continuité, le visiteur pourra découvrir la vie dans les tranchées à travers l’Art des Poilus et de nombreux témoignages. Cette partie de l’exposition a pu naître grâce à la générosité des Châtillonnais qui ont fourni au musée les objets fabriqués par leurs aïeux alors au combat. Puis, l’exposition donnera à voir l’atelier de Léopold Argenton qui reprit son travail de sculpteur après la guerre, réalisant l’ornement de nombreuses tombes et monuments aux morts de la région.

Judith Baudinet, à travers ses photographies, montre ce qu’un atelier peut dire d’une pratique de sculpture s’inscrivant entre l’art et l’artisanat. Elle parvient à rendre toute la nostalgie d’un lieu au temps suspendu, reflétant le thème mortuaire d’une guerre et de l’œuvre d’un sculpteur funéraire.

Dans cette exposition, le devoir de mémoire à l’égard de milliers de morts s’articule avec la pratique vivante d’un art, la photographie, délivrant ainsi un message d’espoir.

COMMISSARIAT D’EXPOSITION Félicie Fougère, conservatrice

SCÉNOGRAPHIE Judith Baudinet

PHOTOGRAPHIES Judith Baudinet, Fonds Argenton, collection de la Société Archéologique et Historique Châtillonnaise

ASSISTANCE TECHNIQUE S@ti21 Ville de Châtillon-sur-Seine