Panier

Chargement en cours ...

juin 2021

Des archéologues à l’assaut de Guérande

La société Archeodunum mène une opération d’archéologie préventive depuis mars 2021 qui durera jusqu’au printemps 2022 en accompagnement de la restauration des remparts. En effet, Guérande est l’une des rares villes bretonnes, avec Concarneau, Dinan et Saint-Malo, à avoir conservé l’intégralité de son enceinte urbaine. Cette fortification a pris sa forme définitive au XVe siècle, mais certaines parties pourraient dater du XIIIe siècle. Elle servait à protéger les habitants en cas d’attaque tout en ayant un rôle politique, économique et symbolique. Les conflits étaient nombreux, comme la guerre de succession de Bretagne au XIVe siècle, ou les guerres de religions au XVIe siècle.

Vue aérienne de l'enceinte urbaine et de la porte de Saillé. © Archeodunum SAS.

Guérande. Vue aérienne de l’enceinte urbaine et de la porte de Saillé. © Archeodunum SAS.

 

Plan de l’enceinte urbaine de Guérande (BOESWILLWALD - 1878). © Archeodunum SAS.

Plan de l’enceinte urbaine de Guérande (BOESWILLWALD – 1878). © Archeodunum SAS.

 

L’enceinte est longue de 1 250 m. Actuellement, elle se compose de six tours, de quatre portes monumentales et d’une poterne. Le tout est relié par des murs imposants, munis d’un chemin de ronde.

Enrichir les connaissances grâce à l’archéologie

Guérande, ville d’art et d’histoire, soucieuse de conserver ce patrimoine architectural qui fait sa renommée, a lancé depuis quelques années un vaste programme de restauration de ses monuments historiques. La Direction Régionale des Affaires Culturelles a demandé que des archéologues accompagnent ces travaux pour étudier l’ensemble des maçonneries et procéder à des fouilles lorsque des terrassements sont prévus. Les études compléteront celles menées depuis 2016 à d’autres endroits de la ville pour retracer, à terme, l’histoire architecturale de l’enceinte urbaine de Guérande.

Travaux en cours sur les remparts. © Archeodunum SAS.

Guérande. Travaux en cours sur les remparts. © Archeodunum SAS.

 

Relevé en cours. © Archeodunum SAS.

Guérande. Relevé en cours. © Archeodunum SAS.

 

Les missions des archéologues

Les archéologues, sous la direction de Jean-Baptiste Vincent ont pour missions de déterminer les phases chronologiques (notamment les origines) et les modalités d’accès au sommet des remparts. Ils vont également étudier les dispositifs défensifs (archères, bouches à feu), pour analyser l’évolution de la fortification en lien avec celle des armements (développement de l’artillerie à partir du XVe siècle).

La tranche de travaux en cours porte sur deux secteurs : au nord de la ville, sur une longueur d’environ 100 mètres, de la Porte Vannetaise, traditionnellement qualifiée comme étant la porte la plus ancienne de l’enceinte, à la Tour de Kerbenet ; et au sud, la Porte de Saillé et un tronçon d’environ 75 mètres à l’est de la porte.

Une multiplicité d’approches

Pour obtenir les relevés nécessaires à l’étude architecturale, les archéologues recourent à des méthodes numériques. Grâce à des techniques recourant au laser et à la photographie, avec l’assistance d’un drone, on obtient des documents de haute précision.

Ce sont ensuite toutes les composantes de la construction qui sont passées en revue : les matériaux et leur mise en œuvre, les programmes techniques, les recouvrements successifs des enduits, les charpentes, les sols. Ces données sont confrontées aux archives historiques, afin de retracer, autant que faire se peut, l’histoire architecturale des constructions.

 

Remparts de Guérande. Nuage de points photogrammétrique. © Archeodunum SAS.

Remparts de Guérande. Nuage de points photogrammétrique. © Archeodunum SAS.

 

Relevé de l'élévation extérieure par photogrammétrie de l'enceinte urbaine de Guérande. © Archeodunum SAS.

Relevé de l’élévation extérieure par photogrammétrie de l’enceinte urbaine de Guérande. © Archeodunum SAS.

 

Qu’est-ce que l’archéologie du bâti ?

Des mégalithes préhistoriques à l’architecture contemporaine, des milliers de constructions sont les témoins de notre histoire. Elles conservent les traces de celles et ceux qui les ont édifiées, habitées, transformées.

L’archéologie du bâti est une discipline de l’archéologie qui étudie les élévations des édifices. Elle consiste à « lire les murs » afin de retrouver les phases de travail, les traces de reprise ou de transformation. Elle cherche également à comprendre les chantiers de construction. Cette connaissance scientifique est indispensable pour accompagner la conservation et la mise en valeur du patrimoine bâti.