Panier

Chargement en cours ...

mars 2021

Archéologie marine : Un nouveau navire français à la pointe de la technologie change la donne

Capable de traverser l’Atlantique, le navire de recherche high-tech Alfred Merlin inaugure une nouvelle ère pour l’exploration du patrimoine subaquatique français.
Par Dale Berning Sawa, 22 mars 2021
Le nouveau navire français d’archéologie marine, l’Alfred Merlin, va enquêter sur les épaves du monde entier. Photo  : Teddy Seguin/DRASSM.

Le nouveau navire français d’archéologie marine, l’Alfred Merlin, va enquêter sur les épaves du monde entier. Photo Teddy Seguin/DRASSM. DR

En janvier, le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM) a mis à l’eau l’Alfred Merlin, dernier fleuron de sa flotte à la pointe de la technologie. Construit par le chantier iXblue de La Ciotat (Bouches-du-Rhône), le navire est une merveille immaculée et étincelante de 46 mètres de long présentant des rayures rouges et bleues qui courent en biais sur sa coque.
Avant d’être testé ce mois-ci puis livré en mai, il a été équipé, entre autres, d’un portique arrière suffisamment haut pour charger un petit sous-marin, et d’un pont doté des technologies dernier cri, appelé « passerelle du futur ».
Le leadership mondial de la France dans le domaine des fouilles sous-marines reste incontesté. Photo  : Teddy Seguin/DRASSM.

Le leadership mondial de la France dans le domaine des fouilles sous-marines reste incontesté. Photo
 Teddy Seguin/DRASSM.

L’Alfred Merlin porte le nom de l’archéologue français qui, en 1907, a mené la première fouille sous-marine au monde, au large de la Tunisie. La France est devenue la première nation à disposer d’un service dédié au patrimoine subaquatique lorsque André Malraux, alors ministre de la Culture, a créé le DRASSM en 1966. Son leadership mondial dans ce domaine reste incontesté, en raison notamment des immensités encore à explorer dont dispose l’Hexagone.
Le territoire sous-marin de la France est en effet le deuxième plus important du monde (s’étendant sur plus de 151 000 km²), les eaux européennes ne représentant que 5% de ces fonds, notamment à cause des territoires et départements d’outre-mer.
Le programme de l’Alfred Merlin pour 2021 est déjà bien rempli, avec des relevés en Méditerranée et la poursuite des recherches au large de Brest pour retrouver les épaves de navires du XVIe siècle, La Cordelière disparu en 1512 en même temps que le Régent, l’un des plus grands bateaux du roi Henri VIII d’Angleterre. L’Alfred Merlin contribuera également à la recherche en cours du Leusden, un navire négrier, dans les eaux du Suriname et de la Guyane française. Il est crucial de localiser le site de ce naufrage catastrophique de 1738, au cours duquel 664 esclaves africains périrent noyés après que l’équipage néerlandais les a emprisonnés dans la cale et a quitté le navire. Il s’agit en effet à la fois d’un cimetière collectif et d’une scène de crime historique.
L’André Malraux, bateau à simple coque du DRASSM, était l’exemple même du navire de pointe lorsqu’il a été lancé en 2012. Le directeur du département, Michel L’Hour, affirme qu’il a rapidement fait l’objet d’une demande extrêmement forte. Depuis 2015, l’Alfred Merlin était en phase de recherche et de développement.
Le navire André Malraux lors des fouilles de l’épave de l’Indian, un navire anglais qui a fait naufrage en  décembre 1817 au large de Kerlouan (Finistère). Photo  : Teddy Seguin/DRASSM.

Le navire André Malraux lors des fouilles de l’épave de l’Indian, un navire anglais qui a fait naufrage en
décembre 1817 au large de Kerlouan (Finistère). Photo
 Teddy Seguin/DRASSM. DR.

Baptisé Nessie – pour Novel Efficient Survey Ship Initiative –, le projet a alors suscité une certaine incrédulité. L’équipe du DRASSM a listé toutes ses attentes dans un monde idéal et a rassemblé un demi-siècle d’expertise française dans un bateau de rêve dont elle n’était pas certaine qu’il puisse finalement voir le jour. Selon Michel L’Hour, l’Alfred Merlin se situe « dans la lignée des récits de Jules Verne », à mi-chemin entre la science-fiction et l’histoire.
C’est l’un des plus grands navires jamais construits entièrement en matériaux composites (il servira de laboratoire flottant pour étudier leur résistance au fil du temps). D’un point de vue archéologique, il change également la donne.
Le territoire sous-marin de la France est le deuxième plus grand du  monde. Photo  : Teddy Seguin/DRASSM.

Le territoire sous-marin de la France est le deuxième plus grand du monde. Photo Teddy Seguin/DRASSM. DR.