Panier

Chargement en cours ...

Vue sur les quais de l’Oder et les terrasses Wały Chrobrego. © A. Poirot.
mars 2014

À la découverte de Szczecin, en Pologne

Une ville européenne, conçue pour être moderne

par Agata Poirot, Archeodunum

Avec un nom imprononçable pour les Occidentaux, Szczecin (vous pouvez essayer avec : « chtets’chin ») est une ville méconnue, écartée des circuits touristiques, et pourtant son emplacement et son patrimoine sont rares et remarquables.

Située au nord-ouest de la Pologne, sur l’estuaire de l’Oder, la ville est établie sur 300 km2, dont 42% sont occupés par des espaces verts et 24% par de l’eau. Nombreux y sont les parcs, bois et lacs, dont le lac Dąbie, quatrième le plus grand de Pologne, faisant partie intégrante de la ville. La Lagune de Szczecin est considérée comme une des plus belles d’Europe.

Ouverte sur la mer Baltique grâce à son port, la ville est un point de jonction privilégié avec les pays nordiques. Elle est plus près de Berlin (130 km), Copenhague, Stockholm et Prague que de sa propre capitale – Varsovie (516 km).

L’histoire de Szczecin est très européenne : au IXe s. elle naît sous forme d’une république marchande, puis la ville devient successivement polonaise, danoise, germanique sous le gouvernement de la dynastie slave des Griffin, suédoise, prussienne et allemande. Troquée par Staline contre l’actuel Kaliningrad qui devait initialement revenir à la Pologne, elle redevient polonaise en 1945. Son histoire éclectique lui confère l’aspect d’une ville affranchie, tolérante et cosmopolite. Au XVIIIe s., une colonie d’huguenots français s’y établi. Catherine II la Grande, impératrice de Russie, y naît en 1729, et la ville est occupée par Napoléon Ier au début du XIXe siècle. Aujourd’hui, c’est à Szczecin que l’on parle le polonais le plus pur, dénué de tout accent, du fait de la diversité des populations polonaises qui s’y sont rassemblées après la DeuxièmeGuerre mondiale.

Détruite à 65% en 1945, Szczecin ne conserve que peu de monuments médiévaux et modernes, mais peu importe, car sa beauté architecturale tient à son ensemble urbanistique conçu à la fin du XIXe siècle. Afin de la moderniser et de répondre aux besoins économiques et démographiques, la ville est entièrement reconstruite à cette époque. Sur l’exemple de Paris, elle est organisée autour de places d’où partent des avenues en étoiles. Les chaussées sont larges et les rues principales sont souvent à quatre voies, plus un terre-plein central bordé d’arbres sur lequel circulent les tramways. Les façades des bâtiments sont garnies d’ornements sculpturaux, de balcons et de tourelles. Entre les habitations, s’insèrent des bâtiments publics poussant d’avantage sur l’originalité des façades avec leurs constructions en briques. Les trottoirs sont faits de grandes plaques de granits allant jusqu’à 2 m de longueur. Le summum du raffinement a été accompli sur les terrasses le long de l’Oder (Wały Chrobrego), qui sont la vitrine de la ville. Leur beauté se révèle davantage encore au mois d’août, pendant les Journée de la Mer, lorsque les voiliers du monde entier accostent sur ses quais et que les nuits s’illuminent grâce au Festival International des Feux d’Artifices.

Aujourd’hui, Szczecin se dépeuple, à cause notamment du déclin de ses chantiers navals, pourtant réputés. Le nombre d’habitants est passé en dessous de 410 000, à peine plus que dans les années trente du XXe siècle… Szczecin, ville résignée ? Ses habitants ne l’entendent pas de cette façon et ont lancé un large programme de réhabilitation  StSE’tSin 2050. Le nouveau challenge est d’exploiter son potentiel écologique et de la transformer en une « Venise » verte de l’Europe du Nord avec le plus important port de plaisance de la mer Baltique.

• Infos pratiques

Comment s’y rendre ?

Environ 1000 km en voiture (depuis le nord-ouest de la France) ou en avion jusqu’à Berlin, la liaison Berlin–Szczecin est assurée depuis les aéroports de Berlin par des compagnies polonaises de minibus ou de taxi, pour un prix modeste de 20 € environ par trajet et par personne (BERLINIA.NET, Interglobus etc.).

Où se loger ?

Les sites internet proposent un large choix d’hôtels à tous les prix.

La devise utilisée est le złoty : (environ 4 złoty pour 1 euro), mais dans de nombreux commerces vous pouvez payer directement en euros (argent liquide ou carte bancaire).

La Pologne est un pays de l’Union Européenne, la carte européenne d’assurance maladie y est valide.

Les numéros d’urgence à partir d’un téléphone fixe : 999 : S.A.M.U. ; 998 : Pompiers ; 997 : Police. En appelant d’un téléphone portable, il faut ajouter l’indicatif de la ville qui, pour Szczecin, est le 91. Sinon, il existe un numéro d’urgence universel : 112.

Les sites et monuments à voir absolument :

Dans le centre, la ville propose deux parcours balisés recensant une cinquantaine de lieux, information sur : www.szczecin.eu

Château de Griffin : Zamek Książąt Pomorskich

Terrasses donnant sur l’Oder : Wały Chrobrego

Parcs : Jasne Błonie (et ses allées des platanes) et Żeromskiego (et sa roseraie)

Places : Orła Białego, Lotników et Grunwaldzki

Les villas de l’allée Wojska Polskiego(hors parcours)

Cimetière central, l’un des plus grands et des plus beaux d’Europe (hors parcours)

Vues panoramiques depuis la cathédrale St-Jacques, le château et le café-restaurant Café 22

Vous ne le savez peut-être pas… 

C’est à Szczecin que se trouve le cinéma le plus vieux au monde, en activité depuis 1909 : Kino Pionier 1909.

C’est à Szczecin, à la fin du XIXe siècle, que furent construits les premiers paquebots à quatre cheminées, les plus gros et les plus rapides navires de passagers de l’époque. Le premier, Kaiser Wilhelm der Grosse, a traversé l’Atlantique en novembre 1897 en 5 jours, 17 heures et 23 minutes, et par cet exploit, a subtilisé aux Anglais, la suprématie sur les mers que ces derniers détenaient depuis toujours. Vexés, les Anglais ont voulu faire mieux, mais ont mis 10 ans avant de reprendre l’avantage. De là est née d’ailleurs un proverbe anglais : The more stacks, the better the ship : plus il y a de cheminées, meilleur est le navire. Pour la petite histoire, le Titanic en faisait partie, sauf que sur les quatre cheminées il n’y en avait que trois qui fonctionnaient, le quatrième étant factice !

 

 

Les aquarelles : © A. Poirot.

1. Vue sur les quais de l’Oder et les terrasses Wały Chrobrego.

2. Les bâtiments du Musée National et du Conseil Général de la Poméranie de l’ouest, Wały Chrobrego.

3. Sur les chantiers navals de Szczecin, 673 bateaux ont été construits entre 1952 et 2002 /  Le bâtiment ultra-moderne du plus grand armateur polonais : PŻM (Polska Żegluga Morska) / Le voilier d’école, Fryderyk Chopin, basé à Szczecin

4. Les fontaines à eau sont un symbole à Szczecin, certaines sorties d’eau sont en forme de tête de griffon, l’emblème de la ville depuis les Griffin / Monument aux victimes de décembre 1970, date du premier soulèvement des syndicats polonais, qui a eu lieu à Szczecin 10 ans avant « Solidarność ».